Salarié

Réforme de la formation professionnelle

Afin de prendre en compte le fait que, dans les 10 ans qui viennent, un métier sur deux sera transformé, 10 à 20%  de nouveaux métiers seront créés, le Gouvernement avait annoncé une réforme de la formation professionnelle en profondeur pour permettre à la France de relever ce défi.  En voici les principales mesures pour vous.

L’objectif est triple :

  • Investir massivement dans la formation et les compétences
  • Donner à chacun la liberté de choisir son avenir professionnel
  • Protéger les plus vulnérables contre le manque et l’obsolescence rapide des compétences

1ère mesure : vous pourrez suivre la formation de votre choix en payant directement l’organisme prestataire avec votre CPF. Ce dernier sera alimenté en euros et non plus en heures. Votre compte sera crédité de 500 € par an. Au bout de 10 ans, le CPF atteindra son plafond à 5 000 €.

2ème mesure : pour les salariés non qualifiés, le CPF sera crédité de 800 € par an avec un plafond à 8 000 €.

3ème mesure : si vous travaillez à temps partiel, vous aurez exactement les mêmes droits et mêmes montants de CPF.

4ème mesure : si vous voulez suivre une formation longue et que vous n’avez pas assez de crédits sur votre CPF, une commission paritaire examinera votre projet et pourra décider de vous allouer du crédit supplémentaire.

5ème mesure : l’accès à la formation devrait être facilité par des applications mobiles.

6ème mesure : sur l’ensemble du territoire, un conseil en évolution professionnelle sera mis en place pour vous accompagner dans vos projets d’évolution.

7ème mesure : les demandeurs d’emploi auront davantage accès à la formation.

8ème mesure : si vous travaillez dans une TPE ou PME, celles-ci bénéficieront d’une solidarité financière pour faciliter l’accès à la formation de leurs salariés.

Nous attendons désormais les décrets pour savoir exactement comment ces mesures seront mises en œuvre.

 

Projet de refonte du bilan de compétences

Des discussions sont en cours actuellement avec le Gouvernement afin de revoir le fonctionnement du bilan de compétences. L’objectif de la refonte du bilan de compétences est d’en garantir la qualité et l’équité d’accès pour tous les salariés.

A l’heure d’aujourd’hui, quels seraient les principaux changements à en attendre ?

  • 2 nouveaux formats : un format standard et un format approfondi
    Le format standard serait de 16H00 au lieu de 24H00 actuellement. Il serait mobilisé par défaut.
    Le format approfondi serait le même que le format actuel. Il serait mobilisé pour les situations nécessitant un appui renforcé mais devrait être exceptionnel.
  • Une nouvelle amplitude de réalisation : 6 mois au lieu de 4 mois actuellement, pouvant exceptionnellement être étendue à 12 mois
  • Une relation plus proche avec le Conseiller en Evolution Professionnel

Les discussions, toujours en cours, devraient mener à une mise en place à partir du 2ème semestre 2018.

Si vous souhaitez réaliser un bilan de compétences formule actuelle, nous ne pouvons que vous encouragez à le mettre en œuvre avant l’été.

VAE : ce qui change au 1er octobre 2017

Le décret de réforme de la validation des acquis de l’expérience (VAE) modifie certaines règles de la VAE pour la rendre conforme à la Loi sur la formation professionnelle et à la Loi Travail. Elles entrent en vigueur le 1er octobre 2017.

  1. De nouveaux emplois et périodes d’activité pris en compte
    Les activités suivantes sont rendues éligibles à la validation des acquis de l’expérience : activités professionnelles salariées, activités non salariées, activités bénévoles ou volontaires, les sportifs de haut niveau, les responsables syndicaux et les élus locaux.
    Le décret indique également qu’en matière d’activités réalisées en formation initiale ou continue, sont désormais prises en compte : les périodes de formation en milieu professionnel, les périodes de mise en situation en milieu professionnel, les stages pratiques, les préparations opérationnelles à l’emploi (POE) ou les périodes de formation pratique de contrat d’apprentissage, de professionnalisation ou de contrat unique d’insertion.
  2. Un an d’activité pour accéder à la VAE
    Suite à la loi du 8 août 2016, sont désormais prises en compte les activités exercées pendant une durée d’au moins un an (contre trois précédemment), de façon continue ou non, en rapport direct avec le diplôme, le titre professionnel ou le certificat de qualification professionnelle pour lequel la demande est déposée. La durée des activités réalisées hors formation doit être supérieure à celles accomplies en formation.
    En pratique, cette nouvelle règle n’est valable que pour les diplômes ou titres inférieurs au BAC. Plus le niveau du diplôme que vous visez est élevé, plus le jury recherchera des années d’expérience.
  3. Certifications acquises à vie
    Les certifications totales ou partielles sont désormais acquises à vie et non plus pour une durée de cinq ans.
  4. Information sur la VAE
    Selon les termes du décret, toute personne peut bénéficier gratuitement d’une information sur les principes, les modalités de mise en œuvre et le financement d’une VAE. Au besoin, ce service passe par le biais du bilan de compétences.
  5. Accompagnement et Financement
    Le candidat à la VAE peut recevoir une aide pour constituer son dossier, sur demande et bénéficier d’une assistance à l’orientation et à la recherche de financements pour la prise en charge d’une formation complémentaire correspondant aux formations obligatoires requises par le référentiel de la certification recherchée.
    Jusqu’alors, la rémunération d’un congé pour VAE variait selon que le salarié demandeur était en CDD ou en CDI. Cette distinction est désormais supprimée. La limite de ce congé, d’une durée de 24 heures, peut être augmentée par un accord de branche ou d’entreprise pour les travailleurs ne disposant pas d’un niveau équivalant au baccalauréat ou dont l’emploi est menacé par les évolutions économiques ou technologiques.
    La prise en charge des frais inhérents à la démarche VAE s’effectue selon les cas dans le cadre du plan de formation, du compte personnel de formation (CPF), le congé individuel de formation (CIF) ou de la période de professionnalisation. Une allocation de formation est versée au salarié qui suit une action de VAE hors temps de travail dans le cadre du plan de formation de son entreprise.

+ d’informations sur : vae, nouvelles règles

Top